C'est... comment dire... navrant ? amusant ? Je regardais la télé la semaine dernière et le lundi, dans "cold case affaires classées", une femme malade, représentée comme complètement folle, et diagnostiquée maniaco-dépressive. Et ce n'est pas la première fois. Que ce soit dans "Urgences", dans des séries policières américaines, allemandes, françaises, la bipolarité est un succès. Quand on doit représenter quelqu'un de malade "dans sa tête", c'est toujours un bipolaire. Parce que c'est tellement facile à caricaturer, un bipolaire : alternant entre périodes de folie furieuse ( cette femme mettait le feu à son appartement et avait l'air de trouver ça drole ) et idées sordides, le spectateur est face au dérèglement total de l'esprit, tellement fascinant... Mais on ne parle jamais des bipolaires soignés, des bipolaires qui s'en sortent. Et quand le lendemain je vois dans "un jour une histoire" Delarue parler des "personalités toxiques" en mettant les bipolaires dans cette catégorie, j'ai un peu des frissons. Parce que certes, je suis soignée, et donc absolument pas toxique, ni pour moi ni pour les autres. Mais si je ne l'étais pas ? Est-ce véritablement mon cas serait aussi désespéré ? Est-ce que je suis avant tout cette malade représentée comme LE symbole du dérèglement de l'esprit, est ce que je ne suis que ça, derrière les médicaments ?